l.georges online

work ‘n’ shit
October 19th, 2015 by admin

Abstracts

Voici la compil’ de vos travaux :

Abstract 1

Contexte

L’infection par le virus de l’hépatite C (VHC), et peut être également celui de l’hépatite B (VHB), est liée à un risque accru de lymphome non-Hodgkinien (LNH) dans la population générale, mais on a peu d’informations sur le risque chez les porteurs de VIH.

Méthodes

Nous avons réalisé une étude cas-témoins imbriquée dans l’étude de cohorte suisse HIV à partir de 298 cas et 889 témoins appariés en fonction du centre d’étude, du sexe,  de la classe d’âge, du taux de CD4+ au début de l’étude, et de la durée de suivi.  Les Odds Ratios (OR) et leurs intervalles de confiance correspondants à 95% ont été calculés par régression logistique afin d’évaluer l’association entre le LNH et la séropositivité pour les anticorps du VHC et du VHB.

Résultats

Les anticorps VHC ne sont pas associés à une augmentation du risque de LNH, indépendamment du nombre de CD4+, de l’âge et du sexe. Toutefois un taux plus élevé des anticorps VHC a été constaté chez les homosexuels masculins (HSH).  Aucune association entre le risque de LNH et la séropositivité a été mise en évidence.

Conclusion

La co-infection VIH-VHC ou VIH-VHB n’aumgente pas le risque de LNH comparé à la seule infection VIH.

Abstract 2

Contexte

L’hépatite A aiguë est une pathologie dont les caractéristiques cliniques ne sont pas bien connues.  Nous avons analysé les données d’une épidémie récente en Corée afin de déterminer les caractéristiques et l’évolution de la maladie.

Méthodes

Les informations concernant les 4218 patients diagnostiqués avec une hépatite A aigue entre 2007 et 2009 ont été recueillies rétrospectivement dans 21 hôpitaux.  Leurs symptômes,  ainsi que leurs caractéristiques démographiques, cliniques et sérologiques ont été analysés.

Résultats

La durée moyenne d’hospitalisation était de 9 jours, et le taux le plus élevé de ALT était de 2963 IV/L, la bilirubine totale de 7,3 mg/dL,  et l’INR de 1,3.  Les antigènes HBs étaient positifs dans 3,7% des cas, et les anticorps anti-HCV dans 0,7% des cas.  L’insuffisance rénale était constaté dans 2,7% des cas, et une défaillance hépatique pour 0,9% des patients.

Conclusion

La plupart des patients atteints d’hépatite A aiguë guérissent sans séquelles, mais chez les personnes âgés de plus de 30 ans le risque de complications est plus élevé.  Des actions préventives, comme la vaccination chez les enfants et l’immunisation de la population adulte doivent être envisagées.

 

Abstract 3

Contexte

Au Bangladesh le virus de l’hépatite E est la principale cause de cas sporadiques d’hépatite par rapport au reste du monde et des pays voisins où les cas sont autant en rapport avec des épidémies qu’avec des cas isolés.  Nous étudions ici les facteurs de risque de l’hépatite E en milieu rural du sud du Bangladesh.

Méthodes

Nous avons conduit une surveillance mensuelle d’une population de 23500 personnes pour suivre les cas d’hépatite E au cours d’une période de 22 mois. A l’aide d’un algorithme 279 cas ont été identifiés dont 49 cas confirmés de VHE aiguë.  Une étude cas-témoin a été utilisée pour identifier les facteurs de risque potentiels.

Résultats

Les personnes atteintes étaient à  majoritairement des hommes de plus de 15 ans.  Le contact avec les animaux et un statut socio-économique inférieur ne prédisposent pas à la contamination, à la différence du travail en extérieur et les voyages en milieu urbain. Le contact avec une personne atteinte de jaunisse ainsi que le fait d’avoir eu une injection étaient des facteurs de risque non-anticipés.

Conclusion

Cette étude a pu identifier les facteurs de risque les plus importants mais aussi éliminer des facteurs potentiels qui s’avèrent peu significatifs.

 

Abstract 4

Contexte

Les porteurs de l’hépatite B ont un risque élevé d’être sur-infectés par le virus de l’hépatite D (VHD), entraînant l’insuffisance du foie.  Il est donc nécessaire de développer un vaccin qui protégerait de cette surinfection.

Méthodes

Une méthode expérimentale a été utilisée sur une population de souris et de marmottes.  Des réponses cellulaires T CD4+ et CD8+ spécifiques du VHD chez la souris ont été introduites par un vaccin ADN exprimant le protéine p27 du VHD.  Ensuite 7 marmottes naïves ont été immunisées avec une primo-injection d’ADN et un rappel adénoviral avant d’être exposées à une infection simultanée par le virus de l’hépatite de la marmotte et le VHD.

Résultats

5 marmottes sur les 7 marmottes immunisées étaient protégées contre l’infection au VHD alors qu’une infection aiguë localisée par le virus de l’hépatite de la marmotte a été constatée.  Les deux marmottes présentaient une virémie VHD inférieure à celle des marmottes non vaccinées.

Conclusion

Les marmottes étaient protégées par primo-injection ADN et rappel adénoviral, et des études supplémentaires seront nécessaires pour valider  l’efficacité de ce protocole.