l.georges online

work ‘n’ shit

Archive for the ‘FASM1’ Category

November 17th, 2015 by admin

FASM1 – Bright Light Therapy dossier type

Vous pouvez télécharger ici le dossier type pour l’article : Baxendale, Sallie, John O’Sullivan, and Dominic Heaney. “Bright light therapy for symptoms of anxiety and depression in focal epilepsy: randomised controlled trial.” The British Journal of Psychiatry 202.5 (2013): 352-356.

October 19th, 2015 by admin

Abstracts

Voici la compil’ de vos travaux :

Abstract 1

Contexte

L’infection par le virus de l’hépatite C (VHC), et peut être également celui de l’hépatite B (VHB), est liée à un risque accru de lymphome non-Hodgkinien (LNH) dans la population générale, mais on a peu d’informations sur le risque chez les porteurs de VIH.

Méthodes

Nous avons réalisé une étude cas-témoins imbriquée dans l’étude de cohorte suisse HIV à partir de 298 cas et 889 témoins appariés en fonction du centre d’étude, du sexe,  de la classe d’âge, du taux de CD4+ au début de l’étude, et de la durée de suivi.  Les Odds Ratios (OR) et leurs intervalles de confiance correspondants à 95% ont été calculés par régression logistique afin d’évaluer l’association entre le LNH et la séropositivité pour les anticorps du VHC et du VHB.

Résultats

Les anticorps VHC ne sont pas associés à une augmentation du risque de LNH, indépendamment du nombre de CD4+, de l’âge et du sexe. Toutefois un taux plus élevé des anticorps VHC a été constaté chez les homosexuels masculins (HSH).  Aucune association entre le risque de LNH et la séropositivité a été mise en évidence.

Conclusion

La co-infection VIH-VHC ou VIH-VHB n’aumgente pas le risque de LNH comparé à la seule infection VIH.

Abstract 2

Contexte

L’hépatite A aiguë est une pathologie dont les caractéristiques cliniques ne sont pas bien connues.  Nous avons analysé les données d’une épidémie récente en Corée afin de déterminer les caractéristiques et l’évolution de la maladie.

Méthodes

Les informations concernant les 4218 patients diagnostiqués avec une hépatite A aigue entre 2007 et 2009 ont été recueillies rétrospectivement dans 21 hôpitaux.  Leurs symptômes,  ainsi que leurs caractéristiques démographiques, cliniques et sérologiques ont été analysés.

Résultats

La durée moyenne d’hospitalisation était de 9 jours, et le taux le plus élevé de ALT était de 2963 IV/L, la bilirubine totale de 7,3 mg/dL,  et l’INR de 1,3.  Les antigènes HBs étaient positifs dans 3,7% des cas, et les anticorps anti-HCV dans 0,7% des cas.  L’insuffisance rénale était constaté dans 2,7% des cas, et une défaillance hépatique pour 0,9% des patients.

Conclusion

La plupart des patients atteints d’hépatite A aiguë guérissent sans séquelles, mais chez les personnes âgés de plus de 30 ans le risque de complications est plus élevé.  Des actions préventives, comme la vaccination chez les enfants et l’immunisation de la population adulte doivent être envisagées.

 

Abstract 3

Contexte

Au Bangladesh le virus de l’hépatite E est la principale cause de cas sporadiques d’hépatite par rapport au reste du monde et des pays voisins où les cas sont autant en rapport avec des épidémies qu’avec des cas isolés.  Nous étudions ici les facteurs de risque de l’hépatite E en milieu rural du sud du Bangladesh.

Méthodes

Nous avons conduit une surveillance mensuelle d’une population de 23500 personnes pour suivre les cas d’hépatite E au cours d’une période de 22 mois. A l’aide d’un algorithme 279 cas ont été identifiés dont 49 cas confirmés de VHE aiguë.  Une étude cas-témoin a été utilisée pour identifier les facteurs de risque potentiels.

Résultats

Les personnes atteintes étaient à  majoritairement des hommes de plus de 15 ans.  Le contact avec les animaux et un statut socio-économique inférieur ne prédisposent pas à la contamination, à la différence du travail en extérieur et les voyages en milieu urbain. Le contact avec une personne atteinte de jaunisse ainsi que le fait d’avoir eu une injection étaient des facteurs de risque non-anticipés.

Conclusion

Cette étude a pu identifier les facteurs de risque les plus importants mais aussi éliminer des facteurs potentiels qui s’avèrent peu significatifs.

 

Abstract 4

Contexte

Les porteurs de l’hépatite B ont un risque élevé d’être sur-infectés par le virus de l’hépatite D (VHD), entraînant l’insuffisance du foie.  Il est donc nécessaire de développer un vaccin qui protégerait de cette surinfection.

Méthodes

Une méthode expérimentale a été utilisée sur une population de souris et de marmottes.  Des réponses cellulaires T CD4+ et CD8+ spécifiques du VHD chez la souris ont été introduites par un vaccin ADN exprimant le protéine p27 du VHD.  Ensuite 7 marmottes naïves ont été immunisées avec une primo-injection d’ADN et un rappel adénoviral avant d’être exposées à une infection simultanée par le virus de l’hépatite de la marmotte et le VHD.

Résultats

5 marmottes sur les 7 marmottes immunisées étaient protégées contre l’infection au VHD alors qu’une infection aiguë localisée par le virus de l’hépatite de la marmotte a été constatée.  Les deux marmottes présentaient une virémie VHD inférieure à celle des marmottes non vaccinées.

Conclusion

Les marmottes étaient protégées par primo-injection ADN et rappel adénoviral, et des études supplémentaires seront nécessaires pour valider  l’efficacité de ce protocole.

 

September 20th, 2015 by admin

FASM1 2015-2016

Choisir un article de recherche clinique (2013-2015) et envoyer le pdf avant 31/10 pour avis

Remettre en mains propres un dossier lors des permanences le 1 avril 2016 (9h-12h) et le 18 avril 2016 (horaires à déterminer) comportant les éléments suivants :

  • L’article imprimé
  • La traduction de l’introduction (ou du début de celle-ci – 250 à 300 mots) de l’anglais vers le français (avec une mise en page sur 2 colonnes de manière à ce que le texte source soit en face du texte cible)
  • Une analyse critique de l’article (en français 1000 mots min, 2000 max)
  • Un glossaire en deux parties:
    1. vocabulaire usuel difficile, traduction anglais-français avec la transcription phonétique en alphabet phonétique international (min 15 mots)
    2. termes techniques ; définitions en anglais (min 15 mots)

Le dossier doit être agrafé ou relié, et ne doit pas être dans une pochette.

January 30th, 2015 by admin

Traductions : Abstract & Discussion

Ci-dessous les deux sections travaillées en cours :

Abstract

Contexte

Les situations critiques au bloc opératoire (arrêt cardiaque, hémorragie massive…) sont fréquentes/courants dans les grands hôpitaux, mais peuvent être rares pour un clinicien à titre individuel.  Une gestion réussie est difficile et complexe.  Nous avons essayé d’évaluer un outil pour améliorer le respect des bonnes pratiques établies à partir de preuves scientifiques dans de telles situations.

Méthodes

Des équipes de blocs opératoires de 3 institutions (un centre hospitalier universitaire et deux cliniques) ont participé à une série de scénarios de crise peropertoires dans une salle d’opération simulée.  Chaque équipe s’est vue attribuer de manière aléatoire la moitié des scénarios à gérer à l’aide de check-lists de crise et le restant uniquement de mémoire.  Le critère d’évaluation principal était le non respect des processus critiques de soins.  Les participants ont été également sondés sur leurs perceptions de l’utilité des check-lists et leur pertinence (à la pratique) clinique.

Résultats

En tout 17 équipes de blocs opératoires ont participé à 106 simulations de scénarios de crise chirurgicale.  Le non-respect des processus de soins vitaux était moins fréquent lors des scénarios ou une check-list était disponible  (6% des étapes oubliées contre 23% lorsqu’il n’y avait pas de check-list, P<0,001).  Les résultats étaient similaires dans un modèle à variables multiples qui prenait en compte les groupements au sein des équipes, avec des ajustement pour l’institution, le scénario, et les effets d’apprentissage et de fatigue (risque relatif ajusté, 0,28; intervalle de confiance, 95%, 0.18 to 0,42; P<0,001).  La performance de toutes les équipes était meilleure quand une check-list de crise était disponible.  97% des participants ont affirmé que si l’une de ces crises survenait lorsqu’ils subissaient une opération, ils souhaiteraient que la check-list soit utilisée.

Conclusions

Dans une étude de simulations extrêmement fidèles, l’utilisation des check-lists était associée à une amélioration significative de la gestion des crises au bloc opératoire.  Ces résultats suggèrent que les check-lists conçues pour les crises en salle d’opération sont susceptibles d’améliorer les soins chirurgicaux.

 


Discussion

La réussite de la gestion d’événements critiques dans des professions à haut risque implique (nécessairement) des manœuvres rapides, coordonnées et précises, malgré le stress et la charge de travail accrue.  Dans cette étude haute-fidélité à base de simulations, nous avons trouvé que l’utilisation de check-lists de crise était associée à une meilleure adhérence aux procédures recommandées pour les urgences peropératoires les plus courants.  A posteriori, 97% des participants s’accordaient à dire qu’ils voudraient qu’on utilise ces check-lists en cas de crise peropératoire lorsqu’ils étaient eux-mêmes patients.  Dans une situation où il est essentiel que les soins soient adaptées et soumis aux contraintes du temps, cette intervention peut potentiellement toucher de manière significative la pratique clinique et les résultats chirurgicaux.

Les exemples fournis dans le tableau 3, qui concernent le défaut des équipes hautement qualifiés à se conformer aux procédures recommandées à cause de détails clés manqués à des moments critiques (dans le temps) ne sont probablement pas propres aux équipes étudiées.  Des manquements de ce genre étaient observés pour chaque type de scénario.  Des défauts analogues se produisaient dans l’aviation avant que l’utilisation des check-lists soit largement admise dans des opérations routinières et critiques.  On constate que les rapports d’accidents d’avion actuels contiennent des solutions qui recommandent le recours à des check-lists.  L’entrainement en équipe a été adopté depuis longtemps par l’aviation et d’autres organisations à haute fiabilité. L’intégration de l’utilisation des check-lists et l’entrainement en équipe pourrait augmenter l’effet constaté.  Il y a de plus en plus de programmes multicentriques qui focalisent à la fois sur la formation des équipes de bloc opératoire et l’utilisation des check-lists chirurgicales.

Une des limites de l’étude pourrait être l’absence de chirurgiens en tant que participants dans la plupart des simulations.  Leur participation aurait été préférable, mais il a été difficile de recruter des volontaires.  Cependant, nous n’avons pas trouvé d’indication que la présence d’un chirurgien réduisait le bénéfice d’une intervention par check-list.  Les processus clés qui faisaient l’objet de cette étude, développés par un panel pluridisciplinaire où siégeaient des chirurgiens, étaient principalement du ressort des infirmiers et anesthésiologistes.  Bien que le nombre d’équipes qui participaient à l’étude était trop peu pour tirer des conclusions sur la différence dans l’efficacité de l’intervention en fonction de la présence ou absence d’un chirurgien, l’analyse par strates suggérait que, si différence il y avait, la présence d’un chirurgien a augmenté l’effet bénéfique de l’intervention.  Nous pensons que de nombreux cliniciens comprendraient la valeur de l’existence de check-lists à portée de main pour la gestion d’événements dans le bloc opératoire qui sont peu fréquents, souvent imprévisibles, et pouvant se produire à n’importe quel moment de n’importe quelle intervention.

Nos observations devraient être interprétées dans le cadre de la conception de l’étude ; nous avons étudié des check-lists dans un bloc opératoire simulé plutôt que dans une salle d’opération réelle avec de vrais patients.  L’acceptation des résultats d’interventions testées par le biais d’une simulation est toujours sujette à risques.  Les événements se produisent sans aucun doute dans des circonstances bien plus variées que celles que nous avons pu simuler, et il n’est pas clair si l’effet sur le respect des processus recommandés augmenterait ou diminuerait.  La simulation haute-fidélité en médecine est des plus en plus acceptée en tant que méthode de formation et d’évaluation.  Les leçons apprises dans d’autres domaines – comme l’aviation et l’énergie nucléaire – indiquent que les tests dans une situation de simulation bien conçue peut efficacement aider à évaluer les protocoles de sécurité, et qu’il est imprudent de remettre à plus tard la mise en place de tels protocoles parce que des études à grande échelle sont infaisables.

Les résultats de cette étude suggèrent que les hôpitaux et centres de chirurgie ambulatoires devraient envisager la mise en place de check-lists pour améliorer la sécurité des soins chirurgicaux.  Un suivi pendant la mise en place serait nécessaire.  Des études futures devraient porter sur la définition du meilleur médium et interface utilisateur (papier ou électronique, et dans ce cas ordinateur portable ou tablette), sur une méthode pour la mise à jour des check-lists en fonction des connaissances scientifiques, et sur les mécanismes appropriés pour la formation et la mise en œuvre. Les personnes chargées de la mise en place des check-lists doivent les adapter pour leur organisation.  Une évolution dans la culture médicale pourrait s’avérer nécessaire si le personnel soignant doit sortir une aide cognitive lors d’une urgence peropérative (ou autre).  Comme nous avons déjà dit, les check-lists et d’autres aides cognitives pour la gestion des événements critiques à l’intérieur et à l’extérieur du bloc opératoire existent depuis des décennies. Plusieurs études ont montré la faible rétention des savoirs mémorisés sur les algorithmes cliniques validés lorsqu’une crise survient.  Pourtant, il n’existe aucun standard pour les check-lists de crise sous aucune forme, ni sur leur disponibilité, ni sur leur utilisation en soins médicaux.

Les spécialistes reconnaissent depuis longtemps le potentiel de la faillibilité humaine dans les systèmes complexes.  Comme nous le fait remarquer Berry, cela fait presque 100 ans que le chirurgien Babcock a appelé à l’entrainement à des protocoles d’urgence qui seraient affichés dans chaque bloc opératoire après avoir observé que des aides mémoires à portée de main aurait amélioré le traitement de ses propres patients.

January 26th, 2015 by admin

FASM1 – dates de dépôt de dossier

Vous pouvez venir au département de langues déposer votre dossier aux heures suivantes :

  • Mercredi 1 avril de 9h à 11h
  • Jeudi 2 avril de 11h30 à 13h30
  • Mardi 7 avril de 9h à 12h

En cas d’empêchement prenez contact avec votre enseignante pour convenir d’un rendez-vous afin de pouvoir lui remettre votre travail en mains propres avant le vendredi 10 avril.

A partir du 10 avril il y aura des pénalités de retard.

October 31st, 2014 by admin

FASM1 – Statistics flowcharts

This is the image by Frans Jacobs I mentioned in this week’s class.  I hope you will find it as useful as I did.

Stats Flowchart (pdf format)

And here’s another from the Journal of Pharmaceutical Negative Results (sic)

FlowchartStats2 (pdf)

 

October 20th, 2014 by admin

FASM1 : Frameworks for critiquing a research article

Download links :

Coughlan et al. Framework (2007)

Caldwell Framework (2011)

September 8th, 2014 by admin

FASM1 année 2014-2015

L’emploi du temps de l’année 2014 à 2105 a permis de placer 10 heures d’anglais qui seront consacrées à l’entrainement à la lecture critique des articles de recherche clinique.  L’assiduité est bien entendu obligatoire et sera contrôlée à chaque heure.

Pour l’évaluation veuillez lire attentivement les consignes ci-dessous

Choisir un article de recherche clinique ( publié entre 2012-2014) et envoyer pour accord l’abstract de celui-ci à votre enseignant(e) avant le 31/10/2014.

Remettre un dossier en mains propres entre le 1 et le 10 avril  2015 (des permanences seront organisées) contenant :

  • l’article entier imprimé
  • la traduction de l’introduction
  • un commentaire critique en français de 1000 mots**
  • un glossaire de mots peu familiers (IPA + traduction) et termes techniques (définitions)

**Ne pas résumer le contenu de l’article dans cette partie, mais apporter des observations critiques sur le fond et la forme.